« FLASH INFOS n° 10 » 3 Septembre 2015

Publié le par CGT

SYNDICAT CGT DES TERRITORIAUX D’ACHERES

Et oui, c’est la rentrée !!!

Les vacances ont permis, nous l’espérons, à chacun de se ressourcer.

Chacun a choisi son mode de vacances et sa destination en fonction de ses envies et surtout en fonction de ses moyens financiers.

Le principe des vacances dans la famille ou chez des amis se développe, en particulier pour ceux aux revenus moyens.

Pour les familles aux revenus les plus modestes, nombreux sont ceux contraints à passer les vacances au domicile et à favoriser les sorties à la journée.

1936 : Les congés payés ! Retour sur l’histoire afin que personne n’oublie.

Cette année là, l’idée d’ « être payé à ne rien faire », comme le bonheur, est « une idée neuve ». Droits nouveaux et mentalités nouvelles vont de pairs. Du Front populaire à aujourd’hui, l’histoire des congés et des vacances est longue. Et elle n’est pas finie….

Le 3 mai 1936, le Front Populaire gagne les élections et provoque par sa victoire un élan de revendications chez les travailleurs. Mouvements de grèves et occupations pacifiques des usines entraînent plus de 2 millions de travailleurs dans une lutte pour de meilleures conditions de travail et l’ouverture de négociations avec le patronat.

La France est paralysée et, sous la pression du nouveau gouvernement, des discussions s’engagent.

Dans la nuit du 7 au 8 juin, à l’hôtel Matignon à Paris, sont officiellement signés les accords dits de Matignon, entre le Président du Conseil, Léon Blum, la Confédération Générale du Patronat Français et la Confédération Générale du Travail.

Ces accords prévoient la généralisation des conventions collectives, la création des Délégués du Personnel et une augmentation de 12 % des salaires.

Mais ce qui marque l’esprit des Français reste l’instauration de la semaine de 40 heures et l’octroi de congés payés qui permettront surtout aux Français de partir en vacances, et ce dès l'été 1936. 8 millions de salariés en bénéficieront.

Il faudra attendre la fin de la guerre pour la création des Comités d’ Entreprises qui seront dotées de prérogatives en matière économique et un droit de gestion indépendant dans le domaine des activités sociales et culturelles.

Pour les collectivités territoriales, dans les années qui suivront il sera créé les COS ou CAS.

A Achères, c’est sous les mandatures de Julienne Volat puis de Jean Dupont que le COS sera officiellement créé en 1969 avec comme première Présidente Madame Gabrielle BEUNET.

Le COS d’Achères, c’est 597 adhérents. La subvention de l’employeur, versée cette année est de 143 000€ soit 1,05 % de la masse salariale.

Petite info, importante, elle est le résultat de l’action. Les 43 000€ qui manquaient ont bien été votés et versés !!!

Une part du budget est consacrée aux loisirs. Pour cet été, c’est 30 familles qui ont bénéficié d’une location à la mer.

Pour ceux qui n’ont pu partir, pour la première fois a été organisée une sortie à la mer pour 5€, 25 personnes ont pu en bénéficier, une initiative que nous renouvellerons.

Conséquence de la suppression d’Achères Plage, pour occuper et distraire les enfants et les parents, il a été délivré 1760 places pour la piscine, 2310 pour le cinéma, 715 pour Speed Park, 200 pour Kidzy.

NOUS AVONS PASSE UN ETE ENSOLEILLE !!! L’AUTOMNE S’ANNONCE DEJA UN PEU SOMBRE !!!


Fin août, la CGT a été informée par le DGS de la décision de Monsieur le Maire de supprimer les tarifs spécifiques appliqués aux employés de la ville qui ont des enfants utilisateurs des services (CL, restauration, périscolaire, …), sous l’argument de se mettre en conformité avec le principe d’égalité de traitements vis-à-vis des administrés Achérois car seule la notion « hors commune » peut s’appliquer.
Immédiatement, la CGT a rappelé que cet acquis daté et qui avait été conçu pour ne pas pénaliser financièrement les agents assurant les missions de service public pour les Achérois à des horaires décalés, top le matin, le midi, tard le soir. Ces horaires les obligeaient à financer un mode de garde, dépenses quasi équivalentes au salaire de ces heures travaillées.


Nous avons regretté une fois de plus d’être informés après coup, puisque cette décision est actée depuis le 25 juin par une délibération. Préoccupée par le dossier de la restauration, la CGT est passée à côté !!!


Nous n’avons pas remis en cause le fait d’être en conformité sur les tarifs et de pouvoir également appliquer le principe du taux d’effort aux employés communaux. Il aurait été courageux de pouvoir en débattre au préalable, employeur et représentants du personnel, de trouver une solution qui ne pénalise pas financièrement les personnels concernés et qui n’oblige pas Monsieur le Maire à répondre favorablement à des solutions individuelles qui de fait ne respectent pas le principe de la délibération votée !!!


Nous avons avancé immédiatement une proposition :
1°) que ce soit le COS qui prenne le relais par la mise en place d’une aide aux familles concernées
2°) d’évaluer les recettes supplémentaires que représentent cette décision
3°) d’augmenter la subvention du COS du montant équivalant à cette recette


A ce jour, nous attendons une réponse à notre proposition !!! Nous invitons les agents concernés à se rapprocher du syndicat.

« FLASH INFOS n° 10 » 3 Septembre 2015
« FLASH INFOS n° 10 » 3 Septembre 2015

Publié dans ACHERES

Commenter cet article